ASPS

Qui sommes-nous ?

L’ouverture du secteur de la santé au privé a favorisé un développement accru de l’offre de services en matière de soins. Selon les données du PNDS 2009 – 2018, le secteur privé de la santé compte 1 hôpital privé confessionnel, 32 cliniques, 70 maternités, 131 cabinets médicaux et 77 postes de santé privés, 843 officines de Pharmacie, 4 Grossistes répartiteurs, 3 Industries pharmaceutiques et l’Institut Pasteur de Dakar devenu Fondation de droit sénégalais en décembre 2008 et qui fabrique le vaccin anti-amaril. A cela s’ajoute l’offre de santé des ONG et des Associations. Il convient de signaler l’existence d’une offre privée en matière d’aide au diagnostic avec 12 laboratoires privés d’analyses médicales dont 10 à Dakar et une dizaine de services d’imagerie à Dakar.

Toutefois, le secteur privé n’est pas suffisamment impliqué dans le processus d’élaboration, de mise en œuvre et d’évaluation des politiques et programmes de santé. Et pourtant, les services de santé privés sont aussi bien fréquentés par les riches que par les pauvres et influencent favorablement les indicateurs prioritaires du secteur. L’un des facteurs explicatifs de cette situation est lié notamment à l’absence de cadres de collaboration formelle à tous les niveaux, malgré l’existence d’une réelle volonté politique. Aujourd’hui, il a été démontré que la solution aux différents problèmes liés au financement de la santé passera, entres autres, par le développement du Partenariat Public – Privé (PPP).

En outre, ce secteur connait d’énormes difficultés qui entravent son développement et sa pleine participation à l’amélioration de la santé des populations. Pour accompagner et booster ce secteur, le Sénégal, à l’instar de six autres pays africains, souscrit à l’Initiative Santé en Afrique avec le Groupe de la Banque Mondiale. Cela s’est traduit par la mise en place d’une Alliance du Secteur Privé de la Santé (ASPS).